Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bio Express

  • : VERONIQUE NARAME - JOURNALISTE
  • VERONIQUE NARAME - JOURNALISTE
  • : Journaliste Reporter. Diplômée en Sociologie et en Médiation interculturelle. Arabisante. | Courriel : veronique.narame@free.fr | Twitter : @veroniquenarame
  • Contact

LE CHOIX DE LA REDACTION

Burkina Faso

Une jeunesse en mouvement

Paru dans African Business - Juin/Juillet 2012

 

"Au Burkina Faso, comme dans tant d'autres pays, les jeunes aspirent au changement, jouant des coudes pour prendre leur place et apporter leur pierre à l'édification de la nation."

Lire la suite

Recherche

LE CHOIX DES INTERNAUTES

Novembre 2014

 

ALGERIE / Industrie électrique & électronique

TUNISIE / Industrie textile

BURKINA FASO / Sibiri François Yaméogo, styliste modéliste

TUNISIE / Industrie de l'emballage

ALGERIE / Transport maritime

AFRIQUE DE L'OUEST / Fonds d'investissement

ALGERIE / Tam, la perle du Hoggar

 

 

 

 

27 octobre 2014 1 27 /10 /octobre /2014 14:37

 

Alphonse Ngassa : accompagner la

transformation numérique du Congo avec OBJIS

 

Paru dans CIO Mag – Octobre/Novembre 2014

 

 

Alphonse Ngassa est la pièce maîtresse d’OBJIS au Congo. Il a pris les commandes du développement du centre de formation, dès son ouverture dans la capitale congolaise, en mai 2013. Huit mois plus tard, en janvier 2014, il comptait parmi les associés de la société. Aujourd’hui, il est Responsable du Développement.

 

Aux côtés de Douglas Mbiandou, Fondateur et Président d’OBJIS, et de Philippe Ellah Dirat, Associé d’OBJIS Congo, Alphonse Ngassa contribue à la formation, sur le continent africain, d’une masse critique d'informaticiens de haut niveau. Mû par la volonté de pourvoir au développement des compétences informatiques en République du Congo, il a tout naturellement choisi de rejoindre la team OBJIS en 2013. Les raisons ? Alphonse Ngassa a été conquis par les formations qui font une large place aux applications pratiques. « Les participants se destinent à devenir des ingénieurs autonomes. Il leur faut par conséquent une formation leur permettant d’être en capacité de faire face aux différents besoins des entreprises congolaises et à celles de la filière numérique », explique ce professionnel chevronné, qui, par le passé, gérait le Service informatique de la société Nid Service et est actuellement membre actif de JCERTIF Congo. Cette organisation, qui promeut les NTIC à travers des séminaires de formation gratuits, est à l’origine de l’installation d’OBJIS au Congo. JCERTIF est l’un des partenaires du Centre de formation.

 

Transformation digitale

Responsable du développement et Associé de l’entité congolaise, Alphonse Ngassa déploie toutes ses ressources pour accompagner le Congo sur la voie de la transformation digitale. Et se prépare à accueillir une nouvelle génération de développeurs, laquelle va créer de nouveaux services pour les utilisateurs de téléphones mobiles. L’informaticien a également paramétré les besoins futurs des entreprises congolaises. « Elles vont avoir recours à de nouveaux services, qu’elles vont développer et surtout mieux utiliser, pour améliorer leurs processus métiers. Et vont générer, in fine, de la richesse ou encore accéder à des capitaux. » De même, il prévoit l’arrivée des objets connectés au Congo, comme partout ailleurs dans le monde. « Cette nouvelle façon de consommer l'information ouvrira inévitablement de nouvelles opportunités pour les entreprises congolaises », assure-t-il.     

 

Partenariats avec le CIRAS et l’OCI

Pour l’heure, celui qui est considéré par Douglas Mbiandou comme la « pièce maîtresse » du dispositif OBJIS à Brazzaville, gère d’une main d’expert la croissance du Centre de formation à Brazzaville. « Nous avons atteint plusieurs objectifs, parmi lesquels l’ouverture d’un Centre de formation comprenant une trentaine d’étudiants de première année inscrits en cours du soir. Dans le même temps, nous avons signé un contrat de partenariat avec le Centre d’informatique et de recherche de l’armée et de la sécurité (CIRAS), l’un des leaders de l’informatique au Congo, qui a accompagné OBJIS Congo lors de son installation. Et dont on peut espérer qu’il sera un futur client », souligne Alphonse Ngassa. Il ajoute que la confiance accordée par Jérôme Iwandza, Directeur du CIRAS, à OBJIS Congo, a été déterminante. Tout comme celle de l’Office congolais de l’informatique (OCI) - la première référence d’OBJIS Congo -, qui a fait appel à ses services lors de sa reconfiguration en Agence congolaise des systèmes d'information (ACSI).

A souligner également le partenariat avec BantuHub, un incubateur de startups. Ce Hub de Technologie, situé à Brazzaville, accompagne les futurs entrepreneurs à travers des séminaires de formations et des échanges d’expériences. Conçu comme un espace de CoWorking, le BantuHub offre toutes les conditions pour transformer des idées en entreprises. « Fini les temps où chacun œuvrait dans son coin. L'espace de coworking BantuHub propose des services dédiés aux travailleurs indépendants du secteur des TIC et aux blogueurs du Congo. Désormais, ces professionnels peuvent avoir accès à des ressources – une salle de travail, la connexion Internet, une bibliothèque… - qui leur permettent de mener à bien leurs projets. » A noter que le Ministère congolais des Postes et Nouvelles technologies apporte son soutien moral, matériel et financier à ces initiatives.

 

Central African Backbone

Infatigable promoteur d’OBJIS au Congo, Alphonse Ngassa a inscrit d’autres projets à l’ordre du jour. A commencer par l’agrandissement du centre de formation et la signature de nouveaux partenariats avec des entreprises et des organismes, notamment avec VMK – Concepteur de tablettes tactiles et Smartphones. OBJIS Congo s’est aussi positionné sur le projet d'interconnexion des pays d'Afrique centrale à la fibre optique, le « Central African Backbone » (CAB), promu par la Banque Mondiale et les Etats d’Afrique centrale. Autre perspective de développement, l’ouverture d’antennes d’OBJIS dans les grandes villes du pays afin de faciliter l’accès à la formation en informatique au plus grand nombre.  

 

____________________________________________________________________________________________

CIRAS

Le Centre d’informatique et de recherche de l’armée et de la sécurité (CIRAS) assiste le gouvernement congolais dans les domaines de la recherche, du développement d'applications stratégiques et de la promotion des Technologies de l'information et de la communication en matière de défense nationale et de sécurité. Créé en 1979, il est actuellement dirigé par le colonel Jérôme Iwandza. Outre le développement des applications et la recherche, le CIRAS assure des formations  en informatique et en techniques administratives via le Centre de formation en informatique (CFI - CIRAS).

Partager cet article

13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 14:48

 

Aly Touré, Directeur général de SOCITEH Groupe : Contribuer à la digitalisation de l’Afrique

 

Paru dans CIO Mag – Juillet/Août 2014

 

 

Depuis près de quinze ans, SOCITECH Groupe accompagne les grandes entreprises dans la définition et la mise en œuvre de leurs projets informatiques. Aly Touré, Directeur général, est depuis 2013 aux commandes du fleuron ivoirien des services et solutions IT.

 

Le Groupe informatique SOCITECH accompagne ses clients dans la réussite des migrations, de l’implémentation et de la prise en main de leur l'intégration de solutions et de services informatiques. L’intégrateur de solutions et de services est un des principaux partenaires des éditeurs et constructeurs informatique comme ORACLE, SYMANTEC, HP, CISCO, MICROSOFT, VMware, SAP, APC…

SOCITECH Business Solutions - qui réalise 80% de son activité dans le secteur banque et assurances - est partenaire de GED Expert, de Wincor, Microsoft Dynamics ERP/CRM… Il fournit des solutions de Mobile Banking, de Monitoring du RTGS, des workflow de validations de chèques ou de demandes de crédit, ainsi que des scanners de chèques de dernière générations. « Nos clients apprécient le fait que nos solutions s’intègrent facilement à leurs environnements et que nos modes de licensing correspondent aux réalités de notre région », fait remarquer Aly Touré, Directeur général de SOCITECH. Pour preuve, leur solution de Télé compensation est en passe de devenir le standard du marché, avec un taux de pénétration de près de 70% en Côte d’Ivoire.

 

Du Datacenter… à la sécurité informatique

SOCITECH fournit un accompagnement complet, lequel comprend la construction du Datacenter, la fourniture et la mise en œuvre de solutions  - comme la virtualisation -, la sauvegarde unifiée et centralisée, la Gestion électronique de documents (GED), les Plans de reprise d'activité (PRA) ou encore la sécurité. Le support et la formation y afférents sont inclus au process. « Un client formé sur une plateforme est en capacité de maitriser les pré-requis du fonctionnement de son système. Il contribue ainsi à la capitalisation de l’investissement de son entreprise », souligne le dirigeant. 

Le Groupe dispose à ce jour de quatre centres de formation, agréés PROMETRIC et PEARSON VUE, en Côte d’Ivoire, au Burkina Faso, en Guinée et au Cameroun. SOCITECH Formation a de son côté établi un partenariat avec des grandes écoles. Et dispense des formations complémentaires aux étudiants, tout en leur permettant d’effectuer des stages pratiques, avec des emplois à la clé.

 

Un million de dollars par an dans la formation

Le  succès du groupe s’appuie sur trois facteurs clés : la compétence et l’expertise des équipes ; la connaissance et la compréhension des besoins du marché ; la confiance des clients. « SOCITECH est l’une des SSI qui investit le plus dans la formation, la certification, le renforcement des capacités et la mise à niveau constante de ses équipes commerciales, avant-ventes et techniques. Nous investissons près d’un million de dollars par an dans la formation auprès de nos partenaires - constructeurs et éditeurs. Notre objectif est d’offrir le meilleur à notre clientèle », explique cet ingénieur en électronique et réseaux téléinformatiques, diplômé des Grandes écoles de Yamoussoukro.

Le deuxième facteur de réussite de la SSII tient à son positionnement dans les secteurs à fort potentiel et dans les environnements critiques. « Notre compréhension de ce marché nous amène à conclure de nouveaux partenariats dans les domaines de la sécurité, de la gestion de base de données, la sauvegarde et restauration, la reprise d’activité, la bande passante, etc. ». L’expertise et la réussite de tous ces projets lui ont valu la confiance de grands groupes et d’entreprises tels qu’ORANGE, MTN, MOOV, BOA, BEAC, BCEAO, la GESTOCI ou la SNDI.

« La principale valeur ajoutée de SOCITECH, c’est l’expertise et l’expérience de ses équipes dans la gestion des projets critiques des clients et le support technique qu’elles leur apportent 24/24H, 7J/7 », précise Aly Touré. Dans cette perspective, des pôles de compétences sont développés pour répondre aux besoins spécifiques des clients. « Nous exportons, dans les régions qui en ont besoin, l’expertise que nous créons sur place. C’est comme cela que SOCITECH participe à l’émergence de l’Afrique ».   

________________________________________________________________

 

Repères

Depuis sa création, au début des années 2000, l’entreprise ivoirienne, basée à Abidjan, s'est progressivement consolidée jusqu’à devenir un Groupe constitué de dix sociétés (onze d’ici à la fin de l’année) - dont une holding.

A son actif, une implantation dans sept pays – Burkina Faso, Sénégal, Guinée, Niger, Cameroun, Gabon, Congo Brazzaville -, en plus du siège en Côte d’Ivoire. Et l’ambition de renforcer sa présence en Afrique Francophone, tout en se lançant à la conquête de l’Afrique anglophone.

________________________________________________________________

 

Chiffres clés du groupe SOCITECH

Capital Social : 250 Millions FCFA

Effectif : 180 personnes, dont une centaine d’Ingénieur IT

Chiffre d’affaires 2013 : + de 8 Milliards FCFA

Partager cet article

13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 12:31

 

Alink Telecom : pionnier des télécommunications

 

Paru dans CIO Mag – Juillet/Août 2014

 

 

Présent dans plus de treize pays du continent, le Groupe Alink Telecom est le spécialiste des solutions IP convergentes en Afrique. Louis N’ki Diakité, Président directeur général, est à l’origine de la performance. Prompt à relever les challenges, cet ingénieur de formation, qui a occupé des postes de direction dans de grandes entreprises technologiques comme Rank Xerox et Cap Gemini, est en passe de devenir le fournisseur incontournable des solutions de télécommunications des multinationales opérant en Afrique.  

 

La stratégie de développement du Groupe Alink Telecom repose sur quatre piliers, à commencer par les services VSAT. Ils permettent des liaisons à l’international, depuis la Zone franche Vitib de Bassam, nouveau hub ivoirien de la société. Le réseau global MPLS est le deuxième pilier. Son centre de gestion, basé à Accra (Ghana), a vocation à mailler les pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale, avec des liens vers l’Europe et les Etats Unis.

Les solutions SAP en Cloud Computing sont le troisième axe de développement. Lancées à grande échelle, elles sont basées sur des modèles déjà éprouvés par les entreprises, ce qui réduit considérablement les coûts et le temps nécessaire à leur implémentation. La clientèle peut en outre bénéficier de tarifs attractifs avec les solutions SAP « Best Practices ». Et bénéficier d’installations sur-mesure, adaptées à son environnement.  

Les projets d’application verticale, tels que la « Bourse d’échange agricole » ou encore la fourniture d’une Plateforme en mode ASP pour le Mobile Banking, bouclent la boucle des solutions de télécommunications que propose Alink Telecom. « Notre expansion résulte de la mise en synergie de ces quatre objectifs et de notre capacité à nous développer sur de nouveaux territoires », explique le PDG. Pour l’heure, Louis N’ki Diakité prévoit d’investir près de 5 millions d’euros, dans les six prochains mois, pour densifier le réseau africain. « Notre vision est de tisser une toile MPLS sur l’ensemble des pays de l’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale ».

 

Services Data et Internet

Pour se hisser à un tel niveau d’expertise, le Groupe Alink a misé sur l’innovation. « Notre positionnement de leader technologique nous a conduits à ouvrir des services de Cloud Computing en les adossant à des Data Center dans chacun des pays où nous opérons. L’innovation et la remise en cause perpétuelle sont les garants de notre pérennité ! », fait remarquer le dirigeant. Il a fallu aussi consentir à des investissements conséquents. « L’implémentation de la stratégie a nécessité d’importants investissements, qu’il a fallu mobiliser en gagnant la confiance de banques, ce qui n’était, au départ, pas acquis ».

L’autre challenge a consisté à amener les équipes à adopter la nouvelle vision de l’entreprise. Et à rivaliser avec les très grandes entreprises du secteur en s’appropriant des niches de marché que nul n’avait décelées. Chemin faisant, l’opérateur s’est imposé sur le continent, jusqu’à atteindre sa taille critique.

Aujourd’hui, Alink Telecom est présent à tous les niveaux de la chaine des services, autant sur le contenu que sur le contenant. Et son fichier client est constitué de grands comptes, à qui il fournit des services Data et Internet. Parmi eux, Ecobank, Total, Western Union, Tata communications, Chevron, Air Ivoire…

Mais loin de se satisfaire de ses seuls résultats, le PDG du Groupe Alink Telecom, en humaniste soucieux de ses pairs, espère que l’accès à Internet se libéralisera en Afrique, principalement dans les pays francophones. « En acceptant de donner l’accès à tous les câblo-opérateurs, quelles que soient leur nationalité ou l’origine de leurs capitaux, on permettrait au marché de se développer. Selon la Banque mondiale, l’accroissement de 10% du taux de pénétration de l’Internet permettrait une croissance de 0,7% du PIB ».

________________________________________________________________

 

Alink Telecom

Année de création : 1994

Présence dans 13 pays d’Afrique

Effectif : 178 employés

Clients : + de 500

Chiffre d’affaires consolidé : 30 millions d’euros

Partager cet article

8 septembre 2014 1 08 /09 /septembre /2014 10:45

 

OBJIS Dakar, la technologie Java à la portée

des développeurs sénégalais

 

Paru dans CIO Mag – Juillet/Août 2014

 

 

Après seulement quelques mois d’activités à Dakar, OBJIS Sénégal fait déjà le buzz dans le landerneau de la technologie Java. A son actif, des formations destinées aux entreprises et aux particuliers sur le langage de programmation Java, ainsi qu’une assistance technique dans la mise en œuvre des projets.

 

OBJIS a ouvert un nouveau centre de formation Java à Dakar, cette année 2014. En cours du soir - pour ceux qui souhaitent s’initier - ou en session d’une semaine, les programmes sont modulables. « Les besoins de nos partenaires sont directement liés à leur environnement de travail. Ils se forment sur la sécurité, l'architecture Java, les Web services, la performance... », commente Cheikhna Sall, Co-fondateur et coordonnateur d’OBJIS Sénégal. Au nombre de ses clients, on compte déjà la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), ECOBANK et la Douane sénégalaise. Venu du sérail – il a notamment développé une plateforme de transfert électronique d’argent -, l’informaticien en charge de la filiale, déploie son entregent pour établir des partenariats avec les professionnels des TIC de la place dakaroise. L’objectif de l'Université d'OBJIS est de former 10 000 informaticiens d'ici à 2025.

 

10 000 informaticiens en 2025

Des modules d’initiation gratuite au langage Java ont d’ores et déjà été organisés avec Léger Djiba, de Gateway4Africa, dans les locaux de Sup’Info – International IT Academy of Dakar. D’autres sont en préparation. « Avec l’Ecole supérieure multinationale des télécommunications et Sup’Info, nous allons signer des accords pour dispenser des formations qualifiantes et certifiantes en Java dans leur établissement », annonce Cheikhna Sall. Il souligne que Gateway4Africa, qui a été le facilitateur de l’installation d’OBJIS au Sénégal, a bien perçu que l’organisme de formation allait pouvoir former les futurs – et nombreux - développeurs de l’IT sénégalais. Les deux partenaires encouragent également les porteurs de projets de la filière numérique.

Le 10 juillet marque le coup d’envoi de la journée « Parole d’entrepreneurs », qui s’effectue en lien avec le centre d’orientation C2I. L'occasion pour les jeunes de pouvoir bénéficier du retour d'expériences de leurs pairs. « Ils vont apprendre les techniques clés en communication et en développement personnel, et acquérir les fondamentaux du montage de projet et de la création d’entreprise », assure le coordonnateur d’OBJIS Sénégal. Il ajoute : « Nous cherchons sans cesse à être au top de la technologie pour être à la pointe de la modernité et répondre aux desiderata de ceux qui nous font confiance ».

 

Dakar, un écosystème vertueux

Plusieurs facteurs ont concourus à l’implantation d’OBJIS au Sénégal. La maturité de l’écosystème sénégalais en est un. Le pays se positionne en leader dans le secteur IT, avec une bonne infrastructure de télécommunications et une bonne pénétration des téléphones mobiles. Et il capitalise sur le numérique pour accroître son développement. La jeunesse constitue un levier supplémentaire. La génération Y s’intéresse aux métiers du digital car motivée par les débouchés professionnelles qu’ils génèrent et par le sentiment d’appartenir à une communauté qui contribue, via les TIC, à l’essor du continent.

L’ouverture d’une filiale d’OBJIS en terre sénégalaise a également été motivée par ses clients historiques, utilisateurs des 200 tutoriels en accès libre sur le site. « Pour jouer la carte de la proximité, il était nécessaire d'ouvrir un centre dans le pays », fait remarquer Cheikhna Sall, précisant qu’à compter d’octobre, les développeurs sénégalais pourront accéder aux cours du soir dans les locaux de l’organisme de formation et améliorer leur compétence en Java. Pour l’heure, il fonctionne avec le pool d'architectes d’OBJIS France, lequel lui fournit les ressources pédagogiques. A termes, les formations seront dispensées par des ressources locales.

 

______________________________________________________________________

 

Cheikhna Sall, Co-fondateur et coordonnateur d’OBJIS Sénégal

Bio Express

2005 : Maitrise en informatique - Université Gaston Berger, St Louis du Sénégal

Intègre le Groupe Chaka Computer - Money Express et découvre le secteur du transfert électronique d'argent

2008 : Directeur technique de COFIP SA, transfert d'argent international basé en Suisse

2011 : Développement d’une plateforme de transfert électronique d'argent qui sera vendue au Groupe camerounais Express Union

2013 : Intègre le groupe CSI (Wari) à Dakar. Responsable de la réécriture de la plateforme de transfert.

Depuis Janvier 2014, Coordonnateur d'OBJIS au Sénégal

Partager cet article

8 septembre 2014 1 08 /09 /septembre /2014 10:01

 

Groupe SNEF : des solutions haut de gamme

dans les télécommunications

 

Paru dans CIO Mag – Juillet/Août 2014

 

 

C’est depuis Marseille que le Groupe SNEF s’est développé. Rien de surprenant alors qu’en 1905, lors de la création de la société dans la cité phocéenne, il fut à la proue de l'installation et de la maintenance des équipements électriques de bord de la Marine. Depuis, les marchés se sont diversifiés. Les métiers aussi. Le Groupe opère dans l'industrie, le tertiaire et les télécommunications. Et propose des solutions dans le domaine des courants forts et faibles, du génie climatique, de la maintenance multiservice et des automatismes.  

 

Dans les télécoms, le spectre d’intervention du Groupe SNEF est vaste. Au fil du temps, il a développé un remarquable savoir-faire dans le déploiement, la maintenance et le fonctionnement des réseaux de téléphonie mobile. Au nombre des expertises dans les courants faibles, la transmission des données via les réseaux informatiques et Internet, ainsi que la téléphonie sur IP. « Nous travaillons avec tous les opérateurs - Orange, SFR, Bouygues et Free - mais aussi avec les équipementiers du secteur », confirme Stéphane Couturier, Directeur courants faibles pour le groupe. L’entreprise active sur les réseaux téléphoniques fixes, mobiles ou radio, en analogique ou en IP. Elle déploie des antennes, de la fibre optique et installe des salles Switch (de gros data centers). La SNEF utilise son expertise technique dans le déploiement de réseaux informatiques dans le secteur tertiaire et l’industrie, et dans l’installation de data centers.

 

Solutions pour les smart city

A l’actif du Groupe, la transmission Wifi, la conception et la mise en place des systèmes audiovisuels, des affichages dynamiques et des datas centers. « Le Groupe SNEF installe également des systèmes de radiocommunication pour les milieux industriels – il a notamment équipé le site logistique d’Amazon et Réseaux ferrés de France - ou encore pour le château de Versailles », fait remarquer Stéphane Couturier. Il ajoute que la société intervient de surcroît dans la centralisation des informations des smart cities (villes intelligentes), toute chose facilitant par exemple la vérification de l’éclairage public, des informations météorologiques, de la circulation et la détection des anomalies.

Outre la transmission des données, la  SNEF agit sur la sécurité, la sûreté et l’efficacité énergétique. Ses installations permettent de détecter les incendies, de contrôler les accès via la vidéosurveillance et d’optimiser les ressources énergétiques grâce à des capteurs et des réseaux intelligents. « Nos clients nous commandent des solutions avec des logiciels programmés pour moduler les éclairages et le chauffage. Nous avons du reste mis en place, à Paris, un des premiers bâtiments à Haute Qualité Environnementale (HQE) qui produit plus qu’il ne consomme ».

 

L’Afrique, une priorité

Ces compétences à forte valeur ajoutée s’exportent bien. Le leader français de l’installation électrique est implanté en Europe, au Moyen-Orient, en Amérique latine et en Afrique (Algérie, Cameroun, Congo, Gabon, Guinée équatoriale, Maroc, Nigéria, Tunisie, Tchad…). Sur le continent africain, tous les métiers du Groupe SNEF sont développés. Courants forts et faibles, climatisation, maintenance télécoms - pour Shell au Gabon ou pour Orange et MTN au Cameroun -, les besoins ne manquent pas.

L’intégrateur de solutions, positionné sur les installations pétrolières au Gabon ou au Nigeria, intervient dans bien d’autres secteurs d’activités. « L’Afrique, a l’instar des autres continents, exprime les mêmes besoins en matière de couverture réseau, à commencer par l’accès à Internet à haut débit. Les perspectives de développement sont considérables car la demande est forte. Le Cloud a pris une ampleur folle et pour stocker les données dans les data centers, il faut des solutions électriques, du génie climatique, des courants forts et faibles, de la maintenance et de l’efficacité énergétique pour dépenser de moins en moins. Pour nous, ce marché est très porteur. La priorité du Groupe est d’ailleurs l’Afrique et le Brésil. Et l’objectif est de doubler notre chiffre d’affaires sur le continent africain. Pour cela, nous misons sur le développement de notre savoir-faire local par le transfert de compétences et la formation. L’expertise est au plus près de nos clients, ce qui nous permet d’assurer, avec réactivité et flexibilité, une haute qualité de conseil et de réalisation », explique le Directeur des courants faibles de la SNEF.   

 

_____________________________________________________________________

Repères

929 millions d’euros de Chiffre d’affaires (CA) en 2012

25% du CA (180 millions d’Euros) réalisés hors France, dont

40% (80 millions d’Euros) réalisés en Afrique

9 000 employés dans le monde

Présence du Groupe SNEF dans 22 pays

Partager cet article

7 août 2014 4 07 /08 /août /2014 14:46

 

La formation et l’assistance technique JAVA

En France et en Afrique

 

Paru dans CIO Mag – Mai/Juin 2014

 

 

Douglas Mbiandou est l’instigateur d’OBJIS, un centre de formation informatique spécialisé dans la technologie de programmation JAVA, qui a été créé en France, en 2005, et s’est implanté au Congo Brazzaville et au Sénégal.

 

En dix ans d’existence, OBJIS s’est imposé comme un acteur de référence sur le marché français de la formation et du conseil en architecture technique et systèmes d’information. Et depuis 2013, OBJIS est présent à Brazzaville (Congo) et à ouvert cette année son antenne à Dakar (Sénégal). Douglas Mbiandou est à l’origine de cette success story. Il revient, pour CIO Mag, sur les différentes étapes qui ont jalonné le parcours vertueux du centre de formation informatique dont il est le Président.

Spécialisé dans la technologie de programmation JAVA, OBJIS a d’abord sous-traité pour des organismes de formation, puis, au fil du temps, il a développé ses propres modules. Trente formations sont à ce jour en catalogue. A son actif, un portefeuille clients des plus prestigieux, avec notamment ORANGE, AXA, THALES, EDF, TOTAL, IBM, ACCENTURE, SAFRAN, ACCOR, lesquels lui confient la formation de leurs ingénieurs sur des domaines pointus comme l’architecture JAVA. « En France, nos formations s'adressent à des informaticiens, de profil ingénieur désirant améliorer leur expertise dans un domaine lié à la technologie JAVA : développement, test, conception, intégration, architecture », précise Douglas Mbiandou. Cette partie constitue 80% des activités de la société, les 20% restant étant dédiés au conseil, un secteur dont la demande va crescendo. L’activité de conseil s’effectue en partenariat avec les principales références de la technologie JAVA, à savoir ORACLE, RED HAT et IBM.

S’agissant du marché africain, OBJIS développe une offre de formation sur-mesure. « Les entreprises et administrations africaines ont des systèmes d'information aussi complexes qu'ailleurs et ont besoin d'accompagnement pour maximiser leur productivité », explique le Président d’OBJIS. Au Congo, la société a ainsi été sollicitée par l’Agence nationale des systèmes d'information (ex Office congolais d'informatique) pour assurer la montée en compétence des ingénieurs en technologie JAVA et pour fournir une assistance technique sur les projets en cours.

 

Développement d’applications professionnelles

L’objectif est d’accroître le spectre d’expertise des informaticiens, de sorte qu’ils puissent se spécialiser dans divers domaines, dont ceux afférents à la création d’applications professionnelles. « Nous encourageons les entreprises et administrations publique africaines à créer des logiciels qui correspondant exactement à leurs besoins et aux contraintes métiers ». Les compétences acquises contribuent in fine à la réussite de projets informatiques dans les secteurs de la santé, de l’éducation, de l’énergie, l’agriculture… Et permettent, en outre, à des entrepreneurs de créer des sociétés de service et à développer localement des applications pour les téléphones portables.

Des formations de « Développeur JAVA » sont également proposées, en cours du soir, à raison de 2 heures, 3 fois par semaine. D’autres préparent aux métiers d’administrateur serveur d’application, de concepteur, de testeur, d’architecte, de développeur et de chef de projet. La prochaine étape est la mise en oeuvre d'un incubateur. Une autre façon de contribuer au développement de l'Afrique, version entrepreunariale. « C'est la vision d'une Afrique forte des compétences techniques de sa jeunesse que nous encourageons », conclut Douglas Mbiandou. Il s’y emploie, soutenant son investissement sur le continent avec l’ambition de réaliser 80% du chiffre d'affaires d’OBJIS en Afrique… dès 2016.

                                 _____________________________________

 

Douglas Mbiandou, Président d’OBJIS

Bio express

 

1976 : Naissance à Yaoundé (Cameroun)

1983 : Arrivée en France

Bac, puis classe préparatoire aux Grandes écoles (Maths Sup/Maths Spé) et entrée à l’INSA de Lyon

Obtention du diplôme d'ingénieur

Intègre le groupe CAPGEMINI, où il effectue, durant 5 ans diverses missions en France et à l'étranger (Suisse, Etats-Unis) comme développeur, testeur, intégrateur et chef de projet, dans le cadre de projets Systèmes d'information.

2005 : Création d’OBJIS avec des amis qui investissent dans la société

« Sans opportunité d'évolution, et avec une envie forte d'autonomie et de progrès pour l'Afrique, j'ai résolu de me lancer dans l'aventure entrepreunariale. C'est ainsi qu'OBJIS est né. »

2013 : OBJIS s’implante au Congo Brazzaville

2014 : Ouverture d’une antenne d’OBJIS à Dakar (Sénégal).

 

Partager cet article

9 mars 2014 7 09 /03 /mars /2014 13:43

 

Croissance à deux chiffres pour Bull Afrique centrale

 

Paru dans CIO Mag - Décembre 2013/Janvier 2014

 

Par Véronique Narame et Mohamadou Diallo

 

C’est à Libreville, capitale du Gabon, que Bull a installé ses bureaux pour opérer sur l’Afrique centrale. Paul Marolleau est le Directeur général de la filiale gabonaise du leader européen des systèmes numériques.

Bull conçoit, développe, exploite et maintient des solutions numériques de pointe sur les infrastructures, l’intégration et la sécurité. Paul Marolleau, Directeur général Bull Afrique centrale depuis 2011, décrit le cœur de métier de la société informatique. « Notre entreprise a une stratégie extrêmement claire sur le déploiement de solutions dans le domaine des infrastructures informatiques et des services associés - comme la fourniture de serveurs de stockage de données et de solutions de sauvegarde -, ainsi que sur toute la partie solutions applicatives y afférentes, avec notamment le cloud computing. La deuxième grande branche concerne l’intégration, qui est associée aux applications, avec des solutions dans la finance, la monétique, etc. Nous les développons en propre ou avec d’autres partenaires, a l’instar d’Oracle et de SAP avec lesquels nous collaborons. Le troisième volet est la sécurité, qui englobe la cybersécurité et la sécurité physique ». Le Dg de Bull précise que toutes ces interventions s’envisagent dans l’optique de transférer des compétences au Gabon. Et dans l’objectif d’accroître les ressources locales pour assurer le meilleur niveau de services aux entreprises gabonaises.

 

Vocation sous-régionale

De la capitale gabonaise, où est positionnée sa filiale, Bull se développe dans la sous-région, au Cameroun, en RDC et au Congo en particulier. L’équipe, constituée d’une vingtaine de personnes, déploie ses solutions informatiques sur un marché sous-régional en tension, dont les perspectives de croissances vont crescendo. « En 2013, nous tablons sur un chiffre d’affaires (CA) d’environ 6 millions d’euros, et envisageons une croissance à deux chiffres, de l’ordre de 12% pour les commandes et de 11% pour le CA pour 2014 », précise Paul Marolleau. En termes de parts de marché, le Gabon est le premier pays client d’Afrique central de la firme française des systèmes numériques, avec 50 à 60% du total des interventions de l’opérateur. « L’Etat est un donneur d’ordre important, qui a d’énormes chantiers devant lui. Notre réalisation la plus significative est le déploiement de carte salaire des fonctionnaires pour le compte du Trésor Public gabonais. C’est un très beau projet dans l’intégration de solutions. » La carte à puce sécurisée permet le paiement des salaires, via les distributeurs automatiques (GAB/DAB), et concerne les agents de l’Etat, les étudiants, ainsi que les pensionnés qui ont désormais accès à leur compte à partir des Gabs et des terminaux de paiement répartis sur le territoire. Bull a également mis en place l’infrastructure virtualisée de la DGI pour héberger et sécuriser l’application de télédéclaration et de télépaiement des taxes et des impôts, laquelle doit être généralisée dans les semaines à venir.

 

Transfert de compétences

Si Paul Marolleau admet que le marché IT gabonais est en constante évolution, tant au plan de la qualité que s’agissant du support et des intervenants, il constate qu’un vrai travail « d’évangélisation » reste à faire au niveau des services et des compétences, ou encore pour la virtualisation et le Cloud, lesquels demeurent en décalage par rapport à d’autres pays africains. « L’Etat s’organise pour avoir les filières qui correspondent aux besoins du marché, mais, pour l’heure, le niveau de compétences n’est à la hauteur de celui attendu par le marché. Les formations ne sont pas forcément en adéquation avec les besoins et nous sommes obligés d’investir de manière significative pour répondre aux attentes de nos clients », fait remarquer le Directeur général. Il précise que Bull est prêt à collaborer avec les organismes de formation (écoles, instituts, universités…) pour animer des séminaires, voire des cycles de formation dans les domaines tels que la cybersécurité, les réseaux, la virtualisation. « Si on veut que les niveaux s’améliorent, il faut que l’on participe au processus », admet-il.

En tant qu’entreprise citoyenne, Bull entend aussi contribuer au développement des TIC au Gabon par son implication dans la création d’un syndicat des professionnels de technologies de l’information et des communications. Ce syndicat adhèrera à la Confédération patronale du Gabon (CPG), dont Paul Marolleau vient d’être désigné comme administrateur pour le collède des entreprises des TIC. A ce titre, il participera, avec ses pairs, au débat sur l’avenir de la filière au plan de la formation, des choix stratégiques ou encore de la défense des intérêts légitimes des acteurs. « On a tout intérêt à s’associer et à être cohérents. C’est ainsi que l’on pourra faire valoir notre point de vue et avancer ensemble, et non pas en ordre dispersé », conclut le Directeur général de Bull Afrique centrale.

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Chiffres clés

Le marché de l’informatique au Gabon

Le chiffre d’affaires du marché local de l’IT est estimé entre 40 et 50 milliards d’euros. A cela s’ajoute, pour au moins la même somme - si ce n’est plus -, le montant correspondant aux solutions provenant de l’extérieur et qu’intègrent les entreprises et les opérateurs.

 

Partager cet article

9 mars 2014 7 09 /03 /mars /2014 13:33

 

IPI9, une offre Internet performante et accessible

 

Paru dans CIO Mag - Décembre 2013/Janvier 2014

 

 

IPI9 est un fournisseur d’accès à Internet. La société, arrivée en avril 2011 sur le marché gabonais, est la dernière-née de l’environnement des FAI au Gabon. Aujourd’hui, elle est leader en termes de nombres de clients dans la capitale Libreville.

 

Raz Biramah, Administrateur général d’IPI9, explique qu’elle a été la stratégie du Fournisseur d’accès à Internet (FAI) pour aborder le marché gabonais de l’Internet. « Nous avons pris nos marques en nous positionnant sur une offre Internet « mass-market ». Ce marché, qui, de notre point de vue, n’était pas très mature, représentait néanmoins un gros potentiel. Nous avons en effet constaté que le secteur n’était pas trop couvert par les opérateurs, car les prix et les politiques d’accès à Internet étaient élevés. Notre objectif premier étant la démocratisation de l’Internet, nous avons convenu de l’offrir à tous, quelque soit le milieu social ou le revenu. C’est ce qui nous a guidés dans l’élaboration de notre choix de produit et de notre grille tarifaire. » Avec un CA de 300 à 400 millions, et un effectif de 80 personnes, iPi9 surfe sur la vague du Web 2.0. Il entend bien consolider sa position au Gabon, et agir en faveur de l’éclosion d’un écosystème d’Internet. « Au niveau de l’Etat, il y a un point d’échange Internet en élaboration, l’arrivée du câble sous-marin ACE (African Coast to Europe), la construction du Backbone national en cours, le projet de la « sillicon valley » gabonaise ou Cibercity de l’île Mandji…On pense que l’accès Internet ne sera alors plus un questionnement pour l’utilisateur », assure le FAI.

 

Internet mobile

A ce jour, on estime à 10% le taux de pénétration de l’Internet au Gabon. S’agissant du marché potentiel, Raz Biramah estime qu’il se situe autour de 50 à 60% du nombre d’abonnés à la téléphonie mobile. Les quelque 1 à 1,2 millions d’usagers, étant en moyenne clients de deux opérateurs, on obtient le nombre d’internautes potentiels que cible iPi9. « Aujourd’hui, on est plutôt dans l’embarqué et le mobile », tient à souligner l’Administrateur général du FAI. Il ajoute : « On a commencé avec une couverture à 90% de la ville de Libreville et on atteint à présent presque les 100%. D’ici 2 à 3 ans, nous couvrirons tout le territoire gabonais ». Pour l’heure, la base clientèle d’iPi9, qui est constituée de néophytes et d’Internautes plus aguerris, représente 22 000 personnes. iPi9 leur offre quatre types de débits, répartis en deux pôles : le basique (256 et 512 kilos) et le haut débit (1 à 2 mégas). Parmi ses autres produits, une clé Internet haut débit, ainsi que des modems transportables. A court terme, le FAI envisage de se positionner sur des débits plus élevés, avec 4 mégas, 6 mégas, voire plus.

Performance et accessibilité

Pour conquérir sa clientèle, iPi9 a pris le parti de fournir un service de qualité, à un prix abordable. Il a consenti à un investissement conséquent – plus d’un million de dollars par an -, en optant pour le réseau Wimax, et en décidant d’un partenariat avec le leader mondial de cette technologie, Samsung. En parallèle, il n’a pas hésité à jouer la carte de la complémentarité avec les opérateurs déjà positionnés, en se faisant héberger plutôt qu’en décidant de la construction de sa propre infrastructure. « Toutes nos infrastructures ont été hébergées par des opérateurs et ca se passe très bien. C’est largement mieux que de construire son propre réseau de pylônes ». Grâce à cette stratégie, le FAI a pu proposer des services à la carte, le tout assorti d’une grille tarifaire abordable. Arrivé au Gabon avec ses prix très serrés, iPi9 a influencé positivement le marché. Six mois plus tard, les autres opérateurs - Gabon Télécom en tête - ont consenti à une baisse des tarifs d’accès à Internet. « La concurrence a joué en ce sens », admet volontiers Raz Biramah.

Ce choix de départ pour le grand public n’exclut pas pour autant un positionnement futur du Fournisseur d’accès Internet sur le marché professionnel, tout en maintenant ses spécificités. A savoir, la possibilité pour l’usager, de décider de souscrire et de résilier à dessein son contrat. Et de calibrer son débit Internet en fonction de ses desiderata. « On est les seuls sur le marché à permettre au client de changer son forfait. S’il veut regarder une vidéo, il opte alors pour du 2 mégas et il revient ensuite à son débit initial », souligne le FAI. 

 

Partager cet article