Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bio Express

  • : VERONIQUE NARAME - JOURNALISTE
  • VERONIQUE NARAME - JOURNALISTE
  • : Journaliste, je collabore avec la presse économique et la presse professionnelle. Je signe des portraits, articles, interviews, dossiers et ouvrages. A mon actif également, des reportages en Afrique du Nord et Afrique subsaharienne. En parallèle, je conçois et pilote des formations sur la communication interculturelle. Et effectue tous travaux rédactionnels, présentation et animation de conférences-débats. Contact : veronique.narame@free.fr | Twitter : @veroniquenarame
  • Contact

LE CHOIX DE LA REDACTION

 

 

ALTERNATIVES INTERNATIONALES  n° 067

Juin 2015

       Boko Haram épuise le Cameroun

Par Véronique Narame
A Maroua et Minawao
 
couverture
                  

Depuis un an, le Cameroun fait face aux assauts meurtriers de la secte nigériane Boko Haram. Et contribue, depuis 2013, à l'accueil sur son territoire de 40 000 réfugiés nigérians dans le camp de Minawao.

 

Lire la suite.

Recherche

LE CHOIX DES INTERNAUTES

JUIN 2015

Algérie / Industrie électrique et électronique : Moderniser et restructurer

Algérie  / Maritime : L'Algérie combine mer et terre

Côte d'Ivoire / Socitech Groupe : Contribuer à la digitalisation de l'Afrique

Burkina Faso / Sibiri François Yaméogo, Styliste Modéliste

Algérie / Photo reportage au Salon international du livre d'Alger

Burkina Faso / Des infrastructures performantes pour l'industrie

 

 

25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 12:50

 

L’enfer des « sans-papiers » africains

 

Paru dans Les Afriques – 12 avril 2012

 

"Paris, Mon paradis ", de la réalisatrice burkinabè Eléonore Yaméogo, redevient d’actualité, à l’heure où la question de l’immigration alimente les débats en France. Le film documentaire décrit la situation de migrants subsahariens qui s’échouent dans la capitale des Lumières. A les écouter témoigner de leurs souffrances, on en ressort avec le sentiment que la déclaration des Droits de l’Homme a du plomb dans l’aile.

La sortie en 2011 de « Paris, Mon paradis », de la réalisatrice burkinabè Eléonore Yaméogo, n’a pas laissé la critique et le public français indifférents. De part en part, le documentaire a suscité des réactions positives. Il a été perçu comme un outil pédagogique qui pourrait dissuader les postulants africains à l’émigration. Eléonore Yaméogo a rencontré des « sans papiers » africains qui vivent dans une extrême précarité à Paris, où ils sont nombreux à s’échouer. Ils ont témoigné de leur souffrance et de leur désarroi. On a ainsi pensé que cela servirait d’enseignement en Afrique, et qu’ainsi le flux de harragas, qui remontent le corridor sahélo-saharien en direction de « Paname » pour fuir la crise alimentaire, se tarirait.

A bien y regarder, on peut toutefois déceler un autre message. Celui d’une réalisatrice indignée qui a voulu sortir de l’anonymat ceux qui n’ont pas droit de cité et dont la parole est bâillonnée. On en ressort habité par un profond malaise et avec le sentiment que l’Humanité est bafouée.

Le microcosme parisien se mobilise en effet bien peu pour ces parias des temps modernes, et leur total dénuement ne choque pas. On est loin, dans ce contexte, de l’agitation qui prévaut lorsqu’il s’agit de porter secours et protection aux populations du monde en danger. « Je trouve que la politique de la main tendue n’est appliquée que lorsqu’il y a intérêt », convient Eléonore Yaméogo.

La politique d’immigration de la France est restrictive. En dehors du dispositif « Compétences et talents », qui offre quelques possibilités temporaires de séjour aux créateurs de richesse et aux vertueux footballeurs africains, le territoire français est verrouillé. Et ceux qui ont l’audace de déroger à la règle endurent les pires situations. « Le plus dur, c’est de laisser sa maison au Burkina et de venir dormir dehors en France », témoigne une jeune femme dans le documentaire.

 

 

 

Eléonore Yaméogo


« A la souffrance vécue par ces exilés s’ajoute la discrimination »

 

CIMG2007-copie-1.JPGDe passage à la Caravane des cinémas d’Afrique, Eléonore Yaméogo, réalisatrice de « Paris, Mon Paradis », répond aux questions de Les Afriques.

 

Les Afriques : Qu’avez-vous voulu révéler dans « Paris, Mon paradis » ?

Eléonore Yaméogo : L’objectif de ce film n’était pas de dire aux Africains de rester chez eux, mais plutôt de recueillir leur témoignage et de mettre en exergue leur souffrance morale. J’ai voulu montrer la galère que vivent ces immigrés. Cela révèle une autre facette de l’Occident. On a d’ailleurs le sentiment, en les désignant comme « sans-papiers », qu’ils n’avaient pas de véritable nationalité avant de venir.   

 

LA : Quelle est votre réaction face à la situation vécue par les migrants subsahariens en France ?

E.Y : Les immigrés africains deviennent la cible des critiques des politiques qui font leur campagne sur leur dos. Je pense que ces réfugiés devraient trouver asile ailleurs, en Afrique. Car à la souffrance vécue par ces exilés qui vivent loin de chez eux s’ajoute la discrimination. Il est au demeurant aberrant de voir tant de diplômés africains – en situation régulière - occuper des emplois d’agent de sécurité ou de maître-chien.   

 


Partager cet article

Published by Narame - dans AFRIQUE
commenter cet article

commentaires