Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bio Express

  • : VERONIQUE NARAME - JOURNALISTE
  • VERONIQUE NARAME - JOURNALISTE
  • : Journaliste, je collabore avec la presse économique et la presse professionnelle. Je signe des portraits, articles, interviews, dossiers et ouvrages. A mon actif également, des reportages en Afrique du Nord et Afrique subsaharienne. En parallèle, je conçois et pilote des formations sur la communication interculturelle. Et effectue tous travaux rédactionnels, présentation et animation de conférences-débats. Contact : veronique.narame@free.fr | Twitter : @veroniquenarame
  • Contact

LE CHOIX DE LA REDACTION

 

 

ALTERNATIVES INTERNATIONALES  n° 067

Juin 2015

       Boko Haram épuise le Cameroun

Par Véronique Narame
A Maroua et Minawao
 
couverture
                  

Depuis un an, le Cameroun fait face aux assauts meurtriers de la secte nigériane Boko Haram. Et contribue, depuis 2013, à l'accueil sur son territoire de 40 000 réfugiés nigérians dans le camp de Minawao.

 

Lire la suite.

Recherche

LE CHOIX DES INTERNAUTES

JUIN 2015

Algérie / Industrie électrique et électronique : Moderniser et restructurer

Algérie  / Maritime : L'Algérie combine mer et terre

Côte d'Ivoire / Socitech Groupe : Contribuer à la digitalisation de l'Afrique

Burkina Faso / Sibiri François Yaméogo, Styliste Modéliste

Algérie / Photo reportage au Salon international du livre d'Alger

Burkina Faso / Des infrastructures performantes pour l'industrie

 

 

30 décembre 2009 3 30 /12 /décembre /2009 16:05

L'essence d'une nation

 

 

Paru dans Arabies, Mensuel du monde arabe et de la francophonie - N° 264 - Avril 2009

 


 

Chakib Khelil, ministre de l’Energie et des Mines, dirige le portefeuile ministériel les plus important du pays, dont les revenus dépendent à plus de 90 % des hydrocarbures.


Propos recueillis par Véronique Narame


khelil.jpgChakib Khelil est ministre algérien de l'Energie et des Mines, depuis 1999. Docteur diplômé de l’université du Texas en ingéniorat pétrolier, M.Khelil a exercé dans les états d’Oklahoma et du Texas au début de sa carrière, avant d’être promu chef du Département Gisements à la Sonatrach et président de la Société Alcore, en 1971. Il fut par la suite conseiller auprès de la présidence de la République algérienne (1999) et Président du groupe Valhyd. De 1980 à 1999, il a intègré la Banque mondiale comme chef d'unité énergie. En 2001, il fut président de la Commission africaine de l’énergie (AFREC). La même année et en 2008, il dirigea l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP). Il a également présidé l’Organisation des pays arabes exportateurs de pétrole, en 2002, ainsi que l'Association des pays producteurs de pétrole africains, en 2004. Il a été décoré de la médaille de l’Ordre du Soleil du Pérou, en 2002 et  a obtenu le grade le plus élevé du pays -Le Soleil du Pérou-, en 2009.


Monsieur le ministre, quels sont les développements prévus en Algérie en termes de production pétrolière ?

Le programme quinquennal 2009-2013 de Sonatrach prévoit le développement de nouveaux gisements de pétrole ainsi que le maintien de l’effort de production pour ceux qui sont déjà en  cours d'exploitation. Ainsi est-il prévu durant cette même période de stabiliser la production de pétrole brut et de condensat , en raison de la mise en production de nouveaux gisements.

S’agissant du gaz de pétrole liquéfié (GPL), il est prévu un niveau légèrement supérieur grâce à la mise en service de la nouvelle unité d’extraction de Hassi Messaoud.

Pour les gisements d’huile opérés par Sonatrach, il y a lieu de noter l’effort d’augmentation de capacité de production de certains gisements en exploitation, principalement ceux de de Hassi Messaoud, et le développement de nouveaux projets -tels que les gisements d’Alrar, de Haoud Berkaoui, en extension, de Rhourde Nouss, de Hassi Terfa et Hassi Dzabat, de Bir Berkine et de Sif Fatima.


Qu'avez-vous prévu pour les gisements pétroliers exploités en partenariat ?

Nous envisageons d’optimiser la production d’un certain nombre d’entre eux, notamment ceux de Sif Fatima SW, d'El Gassi-El Agreb, de GKN/GKS, d'Ourhoud et de HBNS. Il est en outre prévu de mettre en exploitation les gisements d’El Merk, de Bir M’Sena et de Menzel Ledjmet Est.


Qui sont les principaux clients de l'Algérie ?

Les principaux clients en termes d’hydrocarbures sont les Etats euro-méditerranéens, comme l'talie, l'Espagne et la France. En effet, le marché méditerranéen représente plus de 80 % de la totalité des ventes de la compagnie.


Le marché gazier algérien est également important. Quels en sont les principaux débouchés commerciaux ?

L’Europe est le principal client avec 94 % de parts en 2008. La France, en particulier, représente environ 13 % de nos exportations. Le marché asiatique a constitué l'an passé 4% de nos ventes totales à l'export. S’agissant du Maghreb, la Tunisie est l ‘unique pays qui soit client, avec 1,3 milliards de m3 vendus au cours du dernier exercice.


Quelles sont actuellement les capacités de production gazières de l'Algérie?

Depuis 2000, l’effort d’exploration a été intensifié avec le forage de plus de 550 puits permettant de mettre en évidence plus de 100 découvertes -dont une moitié dédiée au gaz. Quarante contrats ont ainsi été attribués, depuis 2001 à des compagnies étrangères. S’agissant du développement des gisements, le taux de production pour le gaz naturel en partenariat a connu une augmentation annuell de 20%, entre 1999 et 2008. Concernant le transport par gazoducs, les capacités d’exportation sont passées de 105 à 138 milliards de m3 [BCM] par an, entre 2000 et 2008.
Cette augmentation est due à l’extension des gazoducs Enrico Mattei -reliant l'Algérie à l'Italie par la Tunisie- et Pedro Duran Farrel, qui assure la connexion Algérie-Espagne via le Maroc. Au niveau du transport maritime, la capacité de la flotte des dix méthaniers s’élève à 1,1 million de m3 de GNL, ce qui équivaut à 40 % des exportations de Sonatrach. Quant à l’industrie de transformation, elle comprend la liquéfaction de gaz naturel, qui s’opère à partir des quatre complexes GNL en exploitation et dont le volume total est de 26,7 BCM/an. Deux complexes de séparation de GPL permettent, pour leur part d’exploiter, 8,6 millions de tonnes par an.

De grands projets gaziers seront réalisés, entre 2009 et 2013. Quels sont-ils et quels sont ceux que vous jugez prioritaires ?

Il y a, pour commencer, un programme d'exploration et de délinéation au niveau de zones à potentiel gazier, notamment dans la région Sud-Ouest de l'Algérie, où plusieurs découvertes ont été faites ces dernières années par la Sonatrach et ses partenaires. Cela concerne, de la même manière, les bassins de Berkine et d'Illizi, qui seront exploités en effort propre ainsi qu'en partenariat.

Au niveau du développement des gisements, un investissement, évalué à près de 10 milliards de dollars  -dont 60% en association- est prévu. Seront ainsi lancées plusieurs opérations. Les principales concernent les gisements de Gassi Touil et de Rhourde Nouss, développés par la Sonatrach cette année, et dont la mise en service est prévue pour 2013. Une autre opération, livrable à partir de 2012, est projetée en association avec la compagnies pétrolière canadienne FCP, à Menzel Ledjmet Est. Enfin, des installations de compression sont réalisées en association avec BP et Statoil, au niveau d’In Amenas.
D’autres projets vont être lancés pour un investissement estimé à 8 milliards de dollars. Ils permettront d'assurer la croissance de la production de gaz, à moyen et long termes. Il s'agit des découvertes de Touat, Timimoune et Reggane. Leur dossier de commercialité est actuellement en phase de finalisation.
Au plan du raffinage et de la pétrochimie, il est prévu de réhabiliter les capacités des complexes industriels de liquéfaction de gaz naturel, et de créer de nouvelles unités de GNL. Quelque 6,5  milliards de dollars seront à cet effet investis. Trois nouveaux trains de séparation de GPL, d’un volume total de 3,6 millions de tonnes, sont par ailleurs en cours de réalisation. Ils seront mis en service en 2010. En outre, plusieurs projets afférents à la pétrochimie sont en passe d'être concrétisés.
Pour le transport du gaz, il est par conséquent prévu d’accroître la capacité actuelle de plus de 50 %, à l’horizon 2013. Le montant de l’investissement est de l’ordre de 5 milliards de dollars.

Via la Sonatrach et Sonelgaz, l'Algérie est également positionnée sur des
opérations de coopération et d'expertise industrielle à l'étranger. Quels sont les principaux projets énergétiques du pays ?

La Sonatrach est effectivement présente dans l'exploration et la recherche de nouvelles réserves d'hydrocarbures à l’international, pour renforcer l'indépendance énergétique du pays.
Notre présence est effective en Afrique et en Amérique Latine, où nous conduisons, seuls et en partenariat, des projets d'exploration et d'exploitation pour les hydrocarbures. Sur le continent africain, nous intervenons au Niger, au Mali et en Egypte, ainsi qu’au Maghreb -précisément en Libye, en Mauritanie et en Tunisie. Sur le segment du gaz naturel, nous sommes présents au Pérou. Pour ce qui est du transport par pipeline, nous sommes également positionnés à Lima, par le biais de nos filiales Sonatrach Pérou et Sipco.
Nous avons développé des positions sur l'ensemble de la chaîne énergétique à travers des implantations sur nos principaux marchés, en Europe et aux Etats-Unis. Tous ces projets à l'international ont permis à la Sonatrach de diversifier son portefeuille d'activités, de développer des partenariats avantageux, et de consolider son rôle d'acteur important sur la scène énergétique mondiale. Cela contribue à un meilleur approvisionnement de nos clients, et à la création de richesse en Algérie et dans les pays où nous opérons.

En décembre 2008 a été annoncée la création, par les pays exportateurs de gaz, d'une organisation officielle dont le siège est établi au Qatar, et qui comprend notamment l'Algérie. Quelles en est le but ?

L'objectif de cette organisation est de dégager de nouvelles voies et de nouveau moyens de concertation entre les différents acteurs de l'industrie gazière, loin de toute confrontation avec les pays consommateurs. Cette coordination fondée sur un système d'échange d'informations affiné, est ouverte à la participation de tout pays exportateur de gaz qui souhaite y prendre part - y compris parmi les pays européens. Cela permettra d’éliminer, à long terme, les incertitudes. Le groupe d'experts des pays membres mis en place depuis plus d'une année a examiné la transformation du Forum des Pays Exportateurs de Gaz [FPEG].
Son évolution lui permet ainsi de jouer un rôle plus actif dans l'échange d'informations. Il s’agit notamment de doter le Forum d'un bureau exécutif composé des représentants des pays membres, de sorte que cela constitue un conseil d'administration. C'est ainsi que le 23 décembre 2008, les ministres de l'Energie des pays exportateurs de gaz ont adopté, à Moscou, la Charte du Forum et toutes les clauses principales. Ils ont par ailleurs choisi Doha, la capitale du Qatar, comme siège de cette organisation, et pour accueillir la huitième session du FPEG. Cette nouvelle organisation permettra d’éviter les déséquilibres entre offre et demande sur les marchés pendant des périodes plus ou moins longues et de faire face à des développements ou à des initiatives imprévues de ces mêmes marchés ou de leurs cadres institutionnels.


 



Des opérations pétrolières ainsi que...

 

La mise en œuvre de ces opérations nécessite des associations avec des firmes internationales. Quels sont les principaux associés, partenaires de Sonatrach ?
Dans le domaine de l’exploitation, on retrouve lAnadarko, ConocoPhilips, Hess (Etats-Unis), Repsol, Cepsa (Espagne), Eni (Italie), BP (GB), Statoil (Norvège), Total (France),  Rosneft Stroytransgas (Russie), GULF Kesystone et Sinopec (Chine).
Dans celui de l’exploration, on peut citer les compagnies : BG (Grande-Bretagne), CNPC (Chine),  Medex, Petroceltic, PIDC, Shell, GDF (France), Gazprom (Russie),  Eon Rhurgas  (Allemagne), Total  et Statoil.

hydro

... des projets gaziers montés en partenariat

Quelles sont les firmes internationales les plus actives en Algérie ?
Dans le domaine de l'exploration, 14 associés sont en activité sur 20 périmètres de recherche. Il s’agit des principales compagnies opérant sur le segment du gaz. Parmi elles, les Chinois CNPC et Sinopec, Repsol, et Medex, l’Américain Anadarko. Et puis également GDF Suez, Total, Shell... Quatre partenaires ont également été retenus suite à l’appel d’offre d’exploration de décembre 2008.
Il s'agit de BG, ENI, GAZPROM et Eon Rhurgaz. Cinq gisements de gaz en exploitation sont par ailleurs développés en association, avec notamment CFP et BHP. Deux autres, Menzel Ledjmet Est et Tessilit Nord sont en projet avec FCP et Roseneft.
Dans le domaine de la pétrochimie et de la gazochimie, six contrats sont conclu avec différents partenaires dont ORASCOM, SGBH, Villar Mir et Almet.



Paru dans Arabies, Mensuel du monde arabe et de la francophonie - N° 264 - Avril 2009

Partager cet article

commentaires