Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bio Express

  • : VERONIQUE NARAME - JOURNALISTE
  • VERONIQUE NARAME - JOURNALISTE
  • : Journaliste, je collabore avec la presse économique et la presse professionnelle. Je signe des portraits, articles, interviews, dossiers et ouvrages. A mon actif également, des reportages en Afrique du Nord et Afrique subsaharienne. En parallèle, je conçois et pilote des formations sur la communication interculturelle. Et effectue tous travaux rédactionnels, présentation et animation de conférences-débats. Contact : veronique.narame@free.fr | Twitter : @veroniquenarame
  • Contact

LE CHOIX DE LA REDACTION

 

 

ALTERNATIVES INTERNATIONALES  n° 067

Juin 2015

       Boko Haram épuise le Cameroun

Par Véronique Narame
A Maroua et Minawao
 
couverture
                  

Depuis un an, le Cameroun fait face aux assauts meurtriers de la secte nigériane Boko Haram. Et contribue, depuis 2013, à l'accueil sur son territoire de 40 000 réfugiés nigérians dans le camp de Minawao.

 

Lire la suite.

Recherche

LE CHOIX DES INTERNAUTES

JUIN 2015

Algérie / Industrie électrique et électronique : Moderniser et restructurer

Algérie  / Maritime : L'Algérie combine mer et terre

Côte d'Ivoire / Socitech Groupe : Contribuer à la digitalisation de l'Afrique

Burkina Faso / Sibiri François Yaméogo, Styliste Modéliste

Algérie / Photo reportage au Salon international du livre d'Alger

Burkina Faso / Des infrastructures performantes pour l'industrie

 

 

6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 09:16

 

Un formateur de génie pour

 

les futurs ingénieurs informatiques

 

 

Paru dans CIO Mag – Septembre/Octobre 2012

 

 

Faire de la Tunisie, et plus largement de l’Afrique, une terre de science et de technologie, ce sont les ressorts de la motivation du professeur Tahar Ben Lakhdar. Pour relever ce défi, l’éminent physicien a placé toute son énergie dans l’escarcelle d’ESPRIT, une école d’ingénieur dont il est le père fondateur.

 

Tahar Ben Lakhdar est une tête chercheuse en perpétuelle activité. Son parcours académique et ses multiples expérimentations pédagogiques attestent de sa phénoménale capacité d’action. Il a créé et dirigé les Instituts préparatoires et techniques de Nabeul ainsi que l’Ecole supérieure des PTT - qu’il a transformée en Ecole d’ingénieurs -, et a impulsé deux grands projets : les IPEI (Instituts préparatoires aux études d’ingénieurs) et les ISET (Instituts supérieurs d’études technologiques). On lui doit aussi la mise à niveau de la formation professionnelle, à laquelle il a redonné ses galons de noblesse.

Ce professionnel des formations de l’ingénieur est aussi à l’origine de la fondation et des performances de Sup’Com, l’IPEST, l’Ecole Polytechnique de Tunisie, l’ENIT et d’ESPRIT, un établissement à la proue de l’enseignement supérieur privé. Tahar Ben Lakhdar a réussi ce pari insensé de hisser ESPRIT au premier rang des universités privées du pays. Elle accueille plus de 3 000 étudiants, dont 400 ingénieurs en génies informatique, télécommunications, électromécanique et génie civil qui sont dans leur quasi-totalité recrutés à l’issue de leur cursus. Des préparations aux certifications technologiques (Microsoft, Sun, Cisco, LPI, SAP, etc.) sont également dispensées. L’école d’ingénieur contribue ainsi pleinement au renforcement des compétences tunisiennes dans les TIC. 

 

Formation d’informaticiens

En l’espace de dix ans, cette prestigieuse université a formé pas moins de 25% des ingénieurs du secteur IT, soit 8% du contingent national !  « Quel plus beau challenge que celui de répondre aux besoins pressants de l’économie et d’être ainsi - dans la position d’universitaire qui est la nôtre - des acteurs de la croissance et du développement du pays et du bien-être de ses habitants ! », lance avec emphase Tahar Ben Lakhdar. Boostée par le génie de son fondateur, ESPRIT expérimente de nouveaux procédés et imagine des applications innovantes. « Nous demandons à nos étudiants les solutions qu’ils peuvent imaginer à partir des connaissances qu’ils ont acquises. Pour ce type de pédagogie, nous avons crée un Département d’Innovation pédagogique et un centre de RDI (EspriTec), d’où proviennent des applications mobiles made in Esprit, qui sont librement  téléchargeables sur notre site », explique ce pédagogue hors-pair.

Et pour s’enrichir d’autres savoir-faire, de nombreux accords de coopération sont conclus à l’international, au premier rang desquels ceux avec les universités Paris-Dauphine et Paris I-Sorbonne (dans la cadre d’un MBA), et celui avec le prestigieux lycée Sainte-Geneviève pour la création d’ESPRIT-Prépa (institut abritant des classes préparatoires aux concours d’accès aux grandes écoles françaises et tunisiennes). D’autres ont été signés avec Polytech’Sohia de Nice (en Ingénierie financière et informatique et en Informatique embarquée), et avec Télécom Montpellier (via l’option « TIC et santé » des filières génie informatique et génie des télécommunications). Plus récemment, un programme a été validé avec les universités américaines. De la même manière, des partenariats sont engagés avec des multinationales. « Ces accords constituent le cadre de consolidation des formations orientées métiers au sein des filières existantes. Sun, Cisco, SAP, Microsoft, Google sont autant d’enseignes à citer dans ce contexte », souligne Tahar Ben Lakhdar.

 

Révolution scientifique et technologique

Homme de conviction, Tahar Ben Lakhdar voue son existence au développement du capital humain et le partage avec d’autres passionnés. A commencer par les professeurs Mohamed Jaoua et Naceur Ammar, cofondateurs d’ESPRIT, ainsi que sa compagne, professeur Zohra Ben Lakhdar-Akrout, éminente scientifique, lauréate africaine en 2005 du L’Oréal-UNESCO et co-fondatrice d’ESPRIT-Prépa. « Nos valeurs sont celles de la communauté scientifique et éducative. Elles ont pour noms exigence, rigueur, humanisme et partage », ne manque pas de rappeler ce physicien de formation qui, au hasard de ses affectations, s’est retrouvé professeur. Il n’a depuis jamais cessé de centrer son attention sur l’éducation comme vecteur d’émancipation des peuples, et de la jeunesse, en particulier celle d’Afrique en qui il place tous ses espoirs.

 

Partager cet article

Published by Narame - dans TUNISIE ECONOMIE
commenter cet article

commentaires