Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bio Express

  • : VERONIQUE NARAME - JOURNALISTE
  • VERONIQUE NARAME - JOURNALISTE
  • : Journaliste, je collabore avec la presse économique et la presse professionnelle. Je signe des portraits, articles, interviews, dossiers et ouvrages. A mon actif également, des reportages en Afrique du Nord et Afrique subsaharienne. En parallèle, je conçois et pilote des formations sur la communication interculturelle. Et effectue tous travaux rédactionnels, présentation et animation de conférences-débats. Contact : veronique.narame@free.fr | Twitter : @veroniquenarame
  • Contact

LE CHOIX DE LA REDACTION

 

 

ALTERNATIVES INTERNATIONALES  n° 067

Juin 2015

       Boko Haram épuise le Cameroun

Par Véronique Narame
A Maroua et Minawao
 
couverture
                  

Depuis un an, le Cameroun fait face aux assauts meurtriers de la secte nigériane Boko Haram. Et contribue, depuis 2013, à l'accueil sur son territoire de 40 000 réfugiés nigérians dans le camp de Minawao.

 

Lire la suite.

Recherche

LE CHOIX DES INTERNAUTES

JUIN 2015

Algérie / Industrie électrique et électronique : Moderniser et restructurer

Algérie  / Maritime : L'Algérie combine mer et terre

Côte d'Ivoire / Socitech Groupe : Contribuer à la digitalisation de l'Afrique

Burkina Faso / Sibiri François Yaméogo, Styliste Modéliste

Algérie / Photo reportage au Salon international du livre d'Alger

Burkina Faso / Des infrastructures performantes pour l'industrie

 

 

29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 19:12

 

Des jeunes et du Gabon

 

Propos sur la jeunesse en général

 

 

La jeunesse ! On en parle, on en parle. On la voit. Elle s'exprime. Parfois avec véhémence. Au Gabon, elle m'est apparue sous un nouveau jour. Son dynamisme a de quoi inspirer ceux qui ne parviennent pas, en France,  à les intégrer dans le monde du travail.

 

Les jeunes gabonais sont bien différents de ceux que l'on rencontre en France. Tant de ceux croisés à l'époque où j'enseignais le Français en collèges et lycées, ou encore de ces jeunes gens et jeunes filles qui déambulent dans les métros et les allées commerçantes des mégapoles françaises.

 

CIMG2781Les jeunes du Gabon ont néanmoins en commun, avec ceux de France, de n'être pas tous de la même veine. Ils viennent d'horizons divers. Un certain nombre provient d'Afrique de l'Ouest, d'autres de pays de la zone Cemac (Communauté économique et monétaire d'Afrique centrale). Ces jeunes migrants sont arrivés sur le territoire gabonais à l'issue d'un long périple.

 

Un jeune burkinabè de 26 ans y réside depuis des années et s'est stabilisé à Libreville. Il détient à présent une carte de séjour qu'il arbore crânement. Il peut en être fier. Les efforts fournis pour obtenir le précieux sésame ont été considérables. Il lui a d'ores et déjà fallu plus de trois semaines pour rejoindre par la route la capitale gabonaise, en traversant pas moins de six pays. Puis, s'en sont suivies des années de labeur pour consolider sa position. 

 

Ils sont visiblement nombreux les jeunes burkinabè à avoir migré en terre gabonaise. Un Tchadien d'une vingtaine d'années a également fait le voyage, quittant sa famille pour assurer aux siens un supplément de revenus non négligeable. Des Sénégalais résident et travaillent aussi au Gabon, tout comme des Maliens et des Camerounais, ainsi que des Chinois, a l'instar de Félix, jeune migrant de 21 ans, parfaitement à l'aise au sein de l'équipe africaine de l'hôtel.


A la différence de leurs pairs de France, ces jeunes du Gabon sont lancés plus précocément dans la vie active et effectuent des tâches qui seraient, dans l'Hexagone, confiées à un public plus expérimenté. Que ce soit dans l'hôtellerie ou le bâtiment, la restauration et le commerce ambulant, dans les établissements bancaires ou dans les conventions d'affaires, les jeunes sont au travail et en prise aux responsabilités. Sous la conduite de leurs aînés qui prodiguent attention et recommandations.

 

CIMG2679.JPG CIMG2711.JPG

 

 

Les jeunes africains en prise aux responsabilités

 

J'ai croisé un artisan initiant son fils de 16 ans à la sculpture sur bois. Chacun à sa place, dans la plus complémentaire entente. En bord de route, c'est encore un jeune qui sabrait les noix de cocos fraichementCIMG2563-copie-2.JPG tombées et les vendait aux passants du bord de plage, organisant à sa guise son business.

 

Plus tard, j'ai observé avec intérêt les rôles impartis aux jeunes gens qui avaient le contrôle de l'hôtel où je séjournais à Libreville. Nullement besoin de service du personnel pour les superviser. Tous étaient responsables de leur secteur. Qui l'entretien des chambres, qui le service des clients du restaurant, qui les commandes des fournitures.

 

Bien d'autres fois encore, j'ai pu vérifier combien cela fonctionnait mécaniquement. De même dans le BTP où la jeunesse s'active à monter les murs et entretenir les routes.

 

Etonnamment en France, les engins de construction sont actionnés par des quadras voire des seniors proches de la retraite, tandis que les jeunes sont sous représentés.

 

A contrario, j'ai pu constater au Gabon que les travaux requérant de l'endurance étaient logiquement confiés à la jeunesse. Et qu'en règle générale, en Afrique, les jeunes étaient plus étroitement associés au monde du travail. La planification des opérations sur le chantier du Sabangali Resort au Tchad a ainsi été confiée à un jeune égyptien.

 

100_1294-copie-2.JPG 100_1295-bis.jpg 100_1292-bis.jpg

 

De même pour les opérations d'incentive qui s'organisent avec le concours des jeunes générations.

Ci-dessous, à N'djamena, en 2011, lors de l'un de mes reportages.

 

100_1255-bis-copie-1.jpg 100_1259.JPG 100_1279.JPG

 

 

En Tunisie, lorsque je visitais les technopoles dédiés aux Technologies de l'information et de la communication, je voyais de jeunes opérateurs effectuant le développement d'applications pour des entreprises françaises où japonaises. Le Sytral, Syndicat mixte des transports pour le Rhône et l'agglomération lyonnaise, a d'ailleurs lui-même externalisé le contrôle de ses agents enquêteurs à une plateforme d'appel de Tunisie, laquelle recrute des jeunes recrues pour vérifier le travail d'enquête.

 

A Tozeur, dans le sud tunisien, on délègue l'accueil des touristes et des agences de voyages à la jeunesse. Elle est largement intégrée à l'appareil de promotion de l'activité touristique.

 

Photo-003.jpg Photo-076.jpg Photo-022.jpg

 

 


Intégration des jeunes de France dans le monde du travail

 

Pourquoi alors en France le taux de chômage des jeunes est-il si élevé ?

Sûrement plusieurs raisons à cela. 

 

Je me souviens d'une conseillère d'orientation, venue à l'époque informer mes élèves de 4ème, leur expliquant : "Après la classe de 3ème, vous pouvez vous orienter vers l'enseignement général, ce qui vous destinera à des métiers intellectuels, et si vous optez pour les lycées professionnels, alors vous vous destinerez aux travaux manuels". Intellectuel versus manuel, tel était ainsi opposé l'enseignement général à l'enseignement professionnel. Lors, nos jeunes dénigrent bien souvent les métiers dits "manuels", versant par défaut dans l'inactivité ou prologeant leurs études pour proroger le saut dans la réalité plus prosaïque de la vie active.

 

Ils sont du reste plus enclins à cette fuite en avant quand on distille en boucle des informations sur la crise économique, les suppressions d'emplois, l'augmentation du nombre de chômeurs et la faillite du système.

 

L'autre facteur contribuant à l'amolissement de notre jeunesse n'est-il pas véhiculé par le business et le show-business, et relayé notamment par la télévision, tous complices pour fabriquer des contingents de "winners", qui font fortune dans des émissions de téléréalité, sur des stades de foot ou à l'issue d'une formation de trader ?

 

 

 

 

La jeunesse d'Afrique, un modèle pour celle de France ?

 

Loin de tous ces clichés, la jeunesse d'Afrique se fraie sa place au soleil, en gravissant pas à pas l'échelle sociale, comme nous l'avons fait, il y a seulement trente ans en effectuant sans prétention et sans rechigner les menues besognes.

 

etudiants-ENST.JPGEn Algérie, ils sont avides de savoir et confiants en l'avenir alors qu'ils ont vécu les pires moments dans leur prime enfance. Ils s'investissent  dans la relance du tourisme et dans tous les corps de métiers. On les retrouve aux commandes de start up, de restaurants, au montage de spectacles et d'écriture de scénarii de Bandes dessinées.

 

La différence d'avec la France réside, me semble t-il, dans cette capacité des adultes à composer plus naturellement leur partition avec la jeunesse, en l'associant plus spontanément à la définition de projets. En l'intégrant plus massivement dans l'entreprise. Les univers sociaux ne sont en effet pas aussi cloisonnés que sous nos latitudes.


Puissions-nous nous inspirer de cette attitude pour remotiver nos jeunes, devenus, au fil de leurs envies insatisfaites, plus nihilistes que ceux qui auraient pourtant toute raison de l'être. Et les accompagner dans leur cheminement en les intégrant plus massivement dans l'appareil de production.


Partager cet article

Repost 0
Published by Narame - dans AFRIQUE
commenter cet article

commentaires