Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bio Express

  • : VERONIQUE NARAME - JOURNALISTE
  • VERONIQUE NARAME - JOURNALISTE
  • : Journaliste, je collabore avec la presse économique et la presse professionnelle. Je signe des portraits, articles, interviews, dossiers et ouvrages. A mon actif également, des reportages en Afrique du Nord et Afrique subsaharienne. En parallèle, je conçois et pilote des formations sur la communication interculturelle. Et effectue tous travaux rédactionnels, présentation et animation de conférences-débats. Contact : veronique.narame@free.fr | Twitter : @veroniquenarame
  • Contact

LE CHOIX DE LA REDACTION

 

 

ALTERNATIVES INTERNATIONALES  n° 067

Juin 2015

       Boko Haram épuise le Cameroun

Par Véronique Narame
A Maroua et Minawao
 
couverture
                  

Depuis un an, le Cameroun fait face aux assauts meurtriers de la secte nigériane Boko Haram. Et contribue, depuis 2013, à l'accueil sur son territoire de 40 000 réfugiés nigérians dans le camp de Minawao.

 

Lire la suite.

Recherche

LE CHOIX DES INTERNAUTES

JUIN 2015

Algérie / Industrie électrique et électronique : Moderniser et restructurer

Algérie  / Maritime : L'Algérie combine mer et terre

Côte d'Ivoire / Socitech Groupe : Contribuer à la digitalisation de l'Afrique

Burkina Faso / Sibiri François Yaméogo, Styliste Modéliste

Algérie / Photo reportage au Salon international du livre d'Alger

Burkina Faso / Des infrastructures performantes pour l'industrie

 

 

5 novembre 2010 5 05 /11 /novembre /2010 09:40

 

La Janadriya bat pavillon français  

Paru dans La Lettre saoudienne - Septembre 2010 

  

       dance.jpg riyad-201.jpg

 

Il y a des évènements qui font date dans l’histoire des nations. C’est le cas du Festival national de la culture et des traditions de la Janadriya. Retour sur ce rendez-vous d’exception qui accueillait en 2010 un hôte de marque : la France.

Depuis plus d’un quart de siècle, Al Janadriya, une ville située à la périphérie de Riyad, est le théâtre d’un événement de la plus haute importance. Chaque année, cette cité se transforme en un vaste espace dédié à l’art et à la spiritualité. Ce festival célèbre la beauté et la noblesse du patrimoine culturel et intellectuel saoudien, nourrissant l'identité d’un pays qui compte plus de 24 millions d’âmes.

Du 18 mars au 31 mars, durant quatorze jours, se déroulent en effet des festivités et des échanges mettant en scène tout ce que le royaume compte comme talents : joutes poétiques, lectures littéraires, débats et conférences, spectacles équestres, courses de camélidés dans la plus pure tradition bédouine, pièces musicales, parades chorégraphiées, expositions consacrées à l’art, au commerce, à l’artisanat, etc. C’est l’occasion pour la Communauté nationale et internationale de redécouvrir les richesses patrimoniales du pays et ses traditions multiséculaires. Chaque année, un million de personnes ont coutume d’assister à ces spectacles et de prendre part à ces débats où s’élabore l’écriture de nouvelles pages de l’histoire universelle.

Créé en 1985 par le roi Abdallah, qui n’était encore que prince héritier, ce rendez-vous affiche une exceptionnelle teneur qui en fait un moment de communion unique en Arabie saoudite et dans le golfe Arabique. C’est un véritable monument érigé en hommage aux générations passées et en faveur du dialogue, de l’ouverture et de la coopération entre tous. Le but est de poursuivre l’avancée vers le futur et la modernité tout en maintenant le lien avec les traditions acquises au fil du temps et en pérennisant les valeurs ancestrales qui sédimentent la communauté. C’est dire l’importance que revêtent ces rencontres dont le  rayonnement dépasse très largement les frontières du royaume.  

On se souvient qu’en 2009, lors de la précédente édition, une montgolfière s’était envolée de la Janadriya sur ordre du roi pour transmettre un message incitant à la tolérance religieuse et à la coexistence pacifique entre les peuples du monde. Durant plus d’un an, ce ballon avait traversé près de 58 pays dans l’espoir de promouvoir l’aspiration de l’Arabie à la diffusion de la culture de la paix.

En cette année 2010, l’innovation voulue par le Palais consiste en l’attribution du « Prix mondial du Roi Abdallah pour le patrimoine et la culture » à ceux dont les travaux et les recherches contribuent à soutenir l’humanité dans sa marche vers le progrès.

Pour perpétuer cet esprit d’ouverture au monde, un pays étranger est chaque fois convié aux festivités en qualité d’hôte de marque pour présenter ses spécificités. Après la Turquie et la Russie le Serviteur des Deux Saintes Mosquées, le Roi Abdallah, a choisi la France comme invitée d’honneur du Festival de la Janadriya. C’est en présence de Sa Majesté le roi de Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, que le souverain saoudien a ouvert le XXVIe Festival national de la culture et des traditions de la Janadriya.

Chargé de l’organisation en tant que président, Son Altesse royale le prince héritier Sultan ben Abdelaziz al-Saoud, vice-président de la garde nationale pour les affaires exécutives et vice-président du Haut Comité de la Janadriya, a dirigé l’édification du « Village du patrimoine ». Pour l’assister dans cette opération, on trouvait le ministre de la Culture et de l’Information, Abdul Aziz Khoja. Son homologue français, Frédéric Mitterrand, ainsi que de la directrice de l’Unesco assistaient également à cette journée d’ouverture à laquelle ont pris part de nombreuses personnalités du Royaume et d’ailleurs.

Dans son discours, le ministre français de la Culture a réitéré son soutien aux efforts déployés par le Roi d’Arabie Saoudite dans « l’enracinement d’une culture visant à rapprocher les religions, les peuples et les civilisations ». Cette déclaration conforte celle prononcée en novembre 2009 par le président de la république française, Nicolas Sarkozy, lors de sa visite officielle. Il avait alors assuré que pour la France, l'Arabie saoudite était « un partenaire privilégié, un allié stratégique, un ami sur qui nous savons pouvoir compter » et « avec lequel nous essayons de promouvoir la paix dans la région ».

De nombreuses manifestations et activités ont rythmé les journées du festival, voyant la participation d’éminentes personnalités du monde arabe et de la planète entière. 400 penseurs, écrivains, scientifiques, journalistes sont ainsi venus témoigner en conférences, en colloque ou lors des salons littéraires. De part leur apport à la créativité académique et intellectuelle ainsi qu’à la vie sociale et économique, les femmes ont été célébrées avec toute la considération qui leur revient. Des universités saoudiennes ont été associées à ces échanges où il a été question des droits de l’Homme, de la politique, du terrorisme ou des valeurs religieuses. La King Abdullah University of Science and Technology (Kaust) était partie prenante de l’événement via une exposition qui mettait en valeur l’histoire de l’université et ses nombreuses recherches dans les domaines scientifiques et technologiques.  

Des délégations de chacune des treize provinces du royaume - Riyad, La Mecque, Assir, Médine, La Région d’Est, Les Frontières du Nord, Al-Qassim, Hail, Najran, Al-Baha, Jizan, Tabouk, Al-Jouf – sont venues présenter leurs couleurs et leurs saveurs à une foule de visiteurs. Les maîtres artisans ont fait ainsi étalage de leur savoir-faire, proposant dans le « Village du patrimoine » quelque 300 déclinaisons différentes de leurs activités. Des troupes de danseurs et de musiciens ont aussi fait démonstration de leurs talents en exécutant avec virtuosité et bravoure Al-Ardha et Al-Mizmar. Soutenus par des sections instrumentales et ponctués de déclamations poétiques, ces spectacles ont littéralement fasciné les participants, scellant dans le même temps l’union entre les différentes générations et cultures du royaume.

En cette année 2010, la France étant promue au rang d’invitée d’honneur, le Roi Abdallah a visité le pavillon français lors de l’ouverture du festival. Le ministre de la Culture, Frédéric Mitterand, à la tête d’une délégation de représentants de la vie économique et culturelle française, a rendu hommage au Gardien des Deux Saintes Mosquées. Dans son allocution, le ministre français a mis en exergue les similitudes de vues entre les deux pays. « La France, forte elle aussi d’un passé millénaire, demeure également très attachée à son identité, à sa culture, et partage avec votre royaume cette spécificité de porter un message universel au reste du monde » a-t-il déclaré.  

C’est sous une bannière « Bienvenue en France » que quelques-unes des facettes constitutives de la culture et des traditions françaises ont été dévoilées aux visiteurs saoudiens dans un espace de 2 000 mètres carrés permettant de restituer les ambiances typiques de Paris et de ses provinces. Ils ont pu apprécier la reconstitution d’une rue de la capitale, ses légendaires édifices et ses animations non moins singulières. On trouvait bien entendu une réplique de la tour Eiffel, des boutiques de souvenirs, mais aussi une visite guidée des prestigieuses galeries du Louvre ou encore Montmartre avec son croqueur de portraits. Sur un écran de cinéma - clin d’œil à la grande tradition française en la matière - était projeté La France vue du ciel , le film de Yann Arthus-Bertrand. On pouvait aussi flâner en terrasse d’un café donnant sur les célébrissimes Champs-Elysées et entrer dans un salon de coiffure.

Les hôtes français ont également imaginé un parcours en TGV avec étape et découverte de la région provençale et de ses saveurs si parfumées. Une promenade gustative dans la zone gourmande permettait d’apprécier la gastronomie des provinces françaises. Des costumes traditionnels étaient également exposés en sus d’un défilé de mode avec les créations les plus en vogue des stylistes français.

Au nombre des personnalités françaises figurait Hubert Védrine, ancien ministre des Affaires étrangères, qui a pris part aux conférences avec une allocution portant sur le rôle saoudo-français dans le nouvel ordre mondial.  

Un espace professionnel réunissait certains des plus beaux fleurons de l’industrie française venus exposer leurs réalisations et leurs compétences. En manifestation culturelle, un chœur masculin - Oldarra, les voix du pays basque - a inauguré, le 18 mars, divers spectacles. 

Outre cette séance musicale, une troupe folklorique de jeunes danseuses a proposé un spectacle d’ arts traditionnels des XVIIe et XIXe siècles. Ces mêmes jeunes filles ont répété leurs prouesses  lors d’une soirée spéciale, cette fois résOrients.jpgervée aux princesses royales. Cela en plus d’autres spectacles traditionnels celtiques de Bretagne.

A suivi le 30 mars une lecture de grands textes des littératures française et orientale par trois sociétaires du célèbre Théâtre-Molière. Sous d’autres lambris que ceux de la Comédie-Française, les comédiens Murielle Mayette, Catherine Ferran et Michel Favory ont transmis leur passion du spectacle vivant au public franco-saoudien.

Enfin, en clôture du festival, l’ambassade de France a organisé une soirée de chant arabe avec Sapho, artiste française née au Maroc qui passe merveilleusement du registre français au registre arabo-andalou et qui symbolise au mieux le potentiel multiculturel que la France recèle sur ses terres.

C’est sur ces notes prometteuses que s’est achevée l’édition 2010 du Festival national de la culture et des traditions de la Janadriya auquel la France a participé avec éclat.

 

Partager cet article

commentaires