Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bio Express

  • : VERONIQUE NARAME - JOURNALISTE
  • VERONIQUE NARAME - JOURNALISTE
  • : Journaliste, je collabore avec la presse économique et la presse professionnelle. Je signe des portraits, articles, interviews, dossiers et ouvrages. A mon actif également, des reportages en Afrique du Nord et Afrique subsaharienne. En parallèle, je conçois et pilote des formations sur la communication interculturelle. Et effectue tous travaux rédactionnels, présentation et animation de conférences-débats. Contact : veronique.narame@free.fr | Twitter : @veroniquenarame
  • Contact

LE CHOIX DE LA REDACTION

 

 

ALTERNATIVES INTERNATIONALES  n° 067

Juin 2015

       Boko Haram épuise le Cameroun

Par Véronique Narame
A Maroua et Minawao
 
couverture
                  

Depuis un an, le Cameroun fait face aux assauts meurtriers de la secte nigériane Boko Haram. Et contribue, depuis 2013, à l'accueil sur son territoire de 40 000 réfugiés nigérians dans le camp de Minawao.

 

Lire la suite.

Recherche

LE CHOIX DES INTERNAUTES

JUIN 2015

Algérie / Industrie électrique et électronique : Moderniser et restructurer

Algérie  / Maritime : L'Algérie combine mer et terre

Côte d'Ivoire / Socitech Groupe : Contribuer à la digitalisation de l'Afrique

Burkina Faso / Sibiri François Yaméogo, Styliste Modéliste

Algérie / Photo reportage au Salon international du livre d'Alger

Burkina Faso / Des infrastructures performantes pour l'industrie

 

 

4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 09:23

 

Protection maximum avec la micro-assurance

 

Paru dans African Banker / Avril-Mai-Juin 2012

 

cima_logo.jpgPrémunir les populations à faible revenu contre les risques, telle est la vocation de la micro-assurance. En Afrique francophone, le dispositif s’étoffe. 

 

En Afrique, 2,6% d’assurés (14,7 millions de personnes) auraient souscrit un produit de micro-assurance. En Afrique centrale, du Nord et de l’Ouest, ils seraient 1,9 millions, majoritairement au Sénégal, en Côte d’Ivoire, au Bénin, au Burkina Faso et au Cameroun. C’est l’assurance-vie qui domine le marché, avec 9,5% de contrats pour l’assurance-décès. Les produits de santé ne couvrent qu’environ 0,3% des personnes ciblées. L’assurance des biens et celle des activités agricoles sont encore moins répandues, avec respectivement 0,2% et 0,1% du marché potentiel.

Au sein de la zone CIMA (Conférence interafricaine des marchés d’assurances, qui comprend 14 pays d’Afrique francophone), les institutions de micro-finance (IMF) comptent 8,3 millions de clients (assurés et ayant-droits). En dépit d’une croissance soutenue entre 2005 et 2008, l’attrait des populations pour ce type de produit est jugée insuffisant, tout comme l’intérêt des assureurs, peu enclins à diversifier leurs solutions, si ce n’est l’assurance-décès, proposée en partenariat avec les banques et les IMF.

Pour inverser la tendance, l’environnement législatif devra être modifié, via une règlementation et des incitations fiscales favorables aux prestataires. De plus, un travail de sensibilisation des consommateurs potentiels devra être effectué, notamment en direction des secteurs informels. Ce à quoi s’emploie l’Union des assurances du Burkina Vie (UAB Vie), avec Cauri d’or, une formule adaptée à l’économie informelle.

Depuis le lancement de ce micro produit, en 2003, son évolution ne se dément pas : il a connu un taux de croissance de 34%. Au Mali, Nyèsigiso, une institution financière canado-malienne de type coopératif, fonctionne quant à elle depuis plus de vingt ans. Elle soutient les producteurs agricoles, notamment de la région du Sahel, et dispose d’un régime de prévoyance-crédit offrant une couverture améliorée en cas de sinistre. En 2012, son expansion se confirme avec une prévision à la hausse sur l’ensemble des caisses du réseau Nyèsigiso. Le crédit devrait ainsi connaître une croissance de 18,27%, l'épargne de 13, 54% et le sociétariat de 8,60%.

Au Sénégal, un projet pour développer le marché de la micro-assurance est en cours de réalisation avec un pool d’assureurs, parmi lesquels figurent Cnart, Askia, CGA, ASS, Salama et NSIA. Il est soutenu par l’Agence française de développement et le Centre international de recherche et développement. Enfin, au Bénin, une initiative similaire s’élabore avec deux produits - santé et capital-décès – distribués par l’assureur The Catholic Relief Services. Il sera commercialisé à 225 FCFA par mois et par bénéficiaire. Au Cameroun, la distribution d’un régime d’assurance bétail est en négociation entre un assureur et un réseau d’IMF.

 


Partager cet article

commentaires