Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bio Express

  • : VERONIQUE NARAME - JOURNALISTE
  • VERONIQUE NARAME - JOURNALISTE
  • : Journaliste, je collabore avec la presse économique et la presse professionnelle. Je signe des portraits, articles, interviews, dossiers et ouvrages. A mon actif également, des reportages en Afrique du Nord et Afrique subsaharienne. En parallèle, je conçois et pilote des formations sur la communication interculturelle. Et effectue tous travaux rédactionnels, présentation et animation de conférences-débats. Contact : veronique.narame@free.fr | Twitter : @veroniquenarame
  • Contact

LE CHOIX DE LA REDACTION

 

 

ALTERNATIVES INTERNATIONALES  n° 067

Juin 2015

       Boko Haram épuise le Cameroun

Par Véronique Narame
A Maroua et Minawao
 
couverture
                  

Depuis un an, le Cameroun fait face aux assauts meurtriers de la secte nigériane Boko Haram. Et contribue, depuis 2013, à l'accueil sur son territoire de 40 000 réfugiés nigérians dans le camp de Minawao.

 

Lire la suite.

Recherche

LE CHOIX DES INTERNAUTES

JUIN 2015

Algérie / Industrie électrique et électronique : Moderniser et restructurer

Algérie  / Maritime : L'Algérie combine mer et terre

Côte d'Ivoire / Socitech Groupe : Contribuer à la digitalisation de l'Afrique

Burkina Faso / Sibiri François Yaméogo, Styliste Modéliste

Algérie / Photo reportage au Salon international du livre d'Alger

Burkina Faso / Des infrastructures performantes pour l'industrie

 

 

15 février 2015 7 15 /02 /février /2015 18:03

 

Un Cloud aux normes internationales au Burkina Faso

 

Paru dans CIO Mag – Décembre 2014

 

Le Burkina Faso, qui va lancer une infrastructure g-Cloud début 2015, a fait part de son expertise en matière d’innovation dans les TIC lors des Assises de la Transformation digitale à Paris. Restitution des interventions de la délégation burkinabè.

 

Petit pays sahélien enclavé d’Afrique de l’Ouest, le Burkina Faso n’en demeure pas moins à l’avant-garde au plan de l’innovation dans les TIC. Pour preuve, une plate-forme de Cloud est en phase de lancement. L’infrastructure g-Cloud sera déployée par Alcatel-Lucent sur six villes - Ouagadougou, Bobo-Dioulasso, Ouahigouya, Tougan, Bagré et Samendéni - via des nœuds de raccordement avec accès haut-débit en fibre optique. Alfred Sawadogo, Directeur général de l’Agence nationale de promotion des TIC (ANPTIC) a dévoilé les contours de ce grand projet lors des Assises de la Transformation digitale. « Avec le G-Cloud du Burkina Faso, l’ANPTIC ambitionne d’offrir les types de services suivants : l’infrastructure en tant que service (IaaS pour Infrastructure as a Service) pour héberger des systèmes d’exploitation de serveurs et des logiciels applicatifs ; la plate-forme en tant que service (PaaS pour Platform as a Service) sur laquelle le client - service administratif, entreprise, citoyen - va pouvoir installer, configurer et utiliser les applications voulues ; l'application en tant que service (SaaS pour Software as a Service) pour faciliter l’accessibilité aux utilisateurs finaux ; et enfin la fourniture d’applications sous forme de fonctions communes disponibles comme SaaS interne. » A noter que les fonctions de confiance électronique permettront l’authentification des utilisateurs, la signature électronique et la certification de documents, ainsi que le stockage sécurisé et la création de preuves juridiques. Les fonctions de communication mobile auront vocation à gérer des campagnes SMS destinées à une population cible et à l’intégration mobile avec des applications de Gestion électronique de documents (GED) pour les procédures administratives en ligne.

 

Government-Cloud

Les objectifs visés par la mise en œuvre du G-Cloud sont d'accélérer et de faciliter la mise en production de nouveaux e-services (e-Education, e-Gouvernement, e-Santé, e-Commerce, e-Services au profit du monde rural, etc.) et d’optimiser et de réduire les coûts technologiques par la mutualisation des ressources. « Pour l'utilisateur, comme une start-up par exemple, l’avantage principal est de bénéficier d’une plate-forme et d'une infrastructure lui permettant d'héberger ses applications sans investissement financier, et capable d'absorber n'importe quel pic de charge. Il s’agit là d’un avantage non négligeable pour la promotion de start-up, sources de création d’emplois innovants pour les jeunes », a fait remarquer le DG de l’ANPTIC. Le démarrage des travaux est prévu pour janvier 2015, pour un délai d’exécution de 27 mois. A ce jour, seule l’Afrique du Sud dispose d’un Cloud national de l’envergure du g-Cloud, même si des pays comme la Tanzanie, le Rwanda, le Maroc ont des projets bien avancés. Le Burkina Faso pourrait donc être le premier en Afrique Francophone, sinon en Afrique de l’Ouest, à disposer d’un Cloud aux normes internationales.

 

Révolution numérique

Pour Alfred Sawadogo, le Cloud Computing se présente comme une révolution informatique. « Dans un environnement où 70% du budget investi dans l’informatique est dévolu à la maintenance, où les infrastructures évoluent, devenant de plus en plus complexes mais aussi plus fragiles, le Cloud aborde l’informatique sous un autre angle, et en minimise la complexité par le regroupement efficace des ressources. » Un constat validé par Jean Koulidiati, ministre jusqu’au 30 octobre du Développement, de l’économie numérique et des postes du Burkina Faso. « Le Cloud est une alternative mature pour les ressources informatiques et entraîne un changement économique », a-t-il souligné, précisant que l’ANPTIC a été dotée de moyens matériels et humains pour mener à bien ce grand projet. Quelque 120 informaticiens ont du reste été recrutés par la structure. Pour l’heure, un contrat technique a été signé avec Alcatel pour lancer les travaux d’infrastructure g-Cloud et il reste à conclure l’aspect financier. A noter qu’en cette année des TIC au Burkina Faso, plusieurs autres grands travaux sont en projet. A commencer par la construction en partenariat avec Huawei Technologies d’un Backbone national de 5 700 kilomètres, la réalisation d’un point d’atterrissement virtuel, d’un point d’échanges Internet (IXP) et l’acquisition de bande passante.

 

Partager cet article

commentaires